Voeux année 2024

Le Président, les membres du Bureau et l’ensemble des adhérents de l’association « Chemins plestinais et Patrimoine » présentent aux lecteurs du blog leurs meilleurs vœux pour 2024.
Nous mettons tout en œuvre pour que les personnes qui arpentent assidûment nos boucles retrouvent au plus vite des conditions normales de randonnée, après les turbulences que nous avons connues lors du passage de la tempête Ciaran, et invitons ceux et celles qui ne le connaissent pas encore à venir découvrir notre magnifique réseau campagnard et côtier.

Les chantiers de la rentrée

Site de Locrenan

Le chantier de ce nouveau tronçon, démarré en début d’année, a demandé un travail conséquent de débroussaillage (cf. article précédent). Il entre désormais dans sa phase de finition (draînage, pose de remblai) destinée à le rendre accessible aux randonneurs.

Daniel et Thomas réalisent la pose dans la bonne humeur.
Nos formatrices expliquent à un jeune stagiaire l’art et la manière de se servir convenablement d’une pelle. Visiblement, ce n’est pas gagné !! Anne et Alain, qui observent la scène, sont consternés…
Le premier chargement a été évacué rapidement. Il ne reste que ce petit caillou…

Site du Yar

Ça y est ! après avoir reçu les autorisations nécessaires, le projet de passerelle sur le Yar, reliant Plestin et Plufur, voit le jour. Sa construction sera l’œuvre conjointe des associations Chemins Plestinais et Patrimoine et Hentou Treuz, son homologue de Plufur.

Tout commence dans l’entrepôt de LTC, à Buhulien. Gaël Le Fustec, conseiller en développement durable, désigne les pièces destinées à la fabrication de la passerelle.
…Lesquelles sont chargées sur un camion, à destination de Plufur.

Il se murmure qu’une inauguration de la passerelle « en grande pompe » devrait avoir lieu prochainement…Ce sera l’occasion pour ceux qui ont participé à sa construction et à tous les membres actifs des Chemins Plestinais et de Hentou Treuz de se retrouver et de conforter les liens entre nos deux associations.

Nuit du 1er au 2 novembre 2023 : Une tempête destructrice

Il reste beaucoup à faire, notamment sur les sentiers de l’intérieur. Mais au rythme où travaillent les équipes, nous pouvons espérer un rapide retour à la normale sur l’ensemble de nos parcours.

Heureusement, il y aussi de bon moments…

Aux Chemins PLestinais, chacun aime retrouver l’ambiance des chantiers du lundi matin, qu’il neige, qu’il pleuve, qu’il vente (mais pas en tempête : priorité à la sécurité !).

Et puis, il y a ces moments où certains tiennent à marquer l’acquisition d’une « année d’expérience supplémentaire », ce qui a la vertu d’ajouter de sympathiques épisodes de convivialité au sein du groupe.

…Et comme le groupe est devenu conséquent, la meilleure solution, qui s’est peu à peu imposée, consiste à se regrouper. C’est ainsi que Michel, Eric et Christian, accompagnés de leurs épouses, nous ont réservé le 20 octobre dernier une agréable surprise à notre retour des chantiers du matin. La nappe était mise, les plateaux étaient bien garnis, et chacun a levé son verre à la santé de trois jeunes actifs des Chemins Plestinais. Ne vous fiez pas à leur cheveux blancs ou grisonnants : ces trois-là ont de la ressource … Merci à eux pour cet agréable moment !

Bis repetita le 13 novembre ! Cette fois, ce sont Jean-Yves et Eric qui nous invitent à lever notre verre pour fêter le point de plus à leur compteur personnel, en compagnie de leurs épouses. Heureusement, cet automne n’est pas marqué que par la tempête : il y a une « épidémie » d’anniversaires aux Chemins Plestinais .

Le Tro Plistin

Ainsi s’achève le Tro Plistin, édition 2023. Rendez-vous est pris pour 2024. D’ici là, les bénévoles de l’association auront, tous les lundis (ou presque) œuvré au maintien en état des sentiers existants, ouvert de nouveaux parcours et –pourquoi pas – découvert ici ou là quelque beau chemin creux tombé dans l’oubli depuis de longues années…

Rencontre avec nos amis de Plouezoc’h

Une naissance dans la baie de Morlaix !

Le 7 Septembre dernier Servane, Georges et Gildas se sont rendus à Plouézoc’h pour y rencontrer les membres de l’association «  Patrimoine et Chemins de Plouézoc’h » à la demande de Christian Corson, trésorier, qui souhaitait avoir un échange concernant notre fonctionnement, le balisage de nos chemins, notre topo-guide des circuits, etc… Les membres présents ont manifesté un vif intérêt pour les renseignements que nous avons pu leur communiquer lors de notre rencontre.

Christian Corson nous a présenté la toute jeune association et décrit son activité sur cette belle commune de la baie de Morlaix.

L’association «  Patrimoine et Chemins  de Plouézoc’h»  a été créée en février 2023, s’appuyant sur une volonté commune de la municipalité et de bénévoles soucieux de s’investir dans la sauvegarde des sentiers existants, mais aussi dans leur mise en réseau, par la réouverture de nombreux chemins du domaine public laissés à l’abandon depuis de nombreuses années.

l’association Patrimoine et Chemins de Plouézoc’h compte à ce jour 51 membres avec 2 Co-présidents en charge pour l’un du patrimoine, pour l’autre des sentiers de randonnée.

Plouézoc’h présente un potentiel très attractif, tant en matière de sentiers existants qu’en matière de patrimoine 

( GR 34 bien sûr, mais aussi chemins d’accès au cairn de Barnenez, à la vallée du Dourduff, ces deux derniers étant référencés FFRP). 

L’un des objectifs de l’association consiste à créer un maillage entre parcours côtier et parcours intérieurs de la commune, qui permette aux randonneurs de découvrir les magnifiques panoramas qu’offre la baie de Morlaix, mais aussi les charmes d’une campagne parsemée de chapelles, manoirs, fontaines etc… 

L’association a eu le privilège d’être retenue dans les « cinquante coups de coeur  » de la région Bretagne à l’occasion des journées du patrimoine 2023.

C’est toujours un réel plaisir de voir émerger des initiatives autour de projets destinés à favoriser la découverte de nos « trésors cachés », parfois si proches et (trop) souvent ignorés, par une réhabilitation de chemins tombés dans l’oubli et de petit patrimoine qui faisait autrefois pleinement partie de la vie des bourgs et des campagnes.

Nous souhaitons donc à l’association « Patrimoine et Chemins de PLouézoc’h » de belles réalisations permettant d’attirer des randonneurs de plus en plus nombreux sur une commune disposant d’un potentiel d’une grande richesse. 

Bravo à eux!

UN TRIMESTRE BIEN REMPLI !

ASSEMBLEE GENERALE DE L’ASSOCIATION



Le 3 avril s’est tenue l’assemblée générale de l’association, dans l’ancienne salle des fêtes.

C’est devant une assistance fournie que Gildas, notre Président, a ouvert l’assemblée, preuve de la belle santé de notre association.

A l’issue de l’assemblée, les membres de l’association ont partagé un moment de convivialité. « L’auberge espagnole » a toujours le même succès, chacun(e) y apportant sa contribution en préparant de savoureux petits plats.

LES CHANTIERS DU SECOND TRIMESTRE

Site de Pors Mellec

Miracle ! Jean-Pierre n’a pas son pareil pour mettre le feu à la fontaine !

Eh non…pas de miracle : il s’emploie simplement à ôter la plaque de ciment inesthétique qui la recouvrait, cachant le toit d’origine.

Cet espace, situé à proximité de la plage, est destiné à recevoir une table à pique-nique, sur le trajet du sentier des douaniers. L’autorisation d’installation vient d’être obtenue auprès de la mairie.

;

;

Site de Saint Haran

Une équipe est intervenue sur le site, pour effectuer une « toilette de printemps ». Tondeuse et débroussailleuse sont à l’œuvre, tandis que Jocelyne évacue les déchets les plus encombrants.

Le routoir à lin a également droit à un grand nettoyage. C’est Thomas qui s’y colle.

;

;

Site de saint Gestin

Là aussi, grand nettoyage de la fontaine…N’hésitez pas à faire un petit crochet sur cette partie commune aux boucles de Sainte Anne et de Saint Roc’h : cela en vaut la peine !

Les services municipaux nous ont fourni du remblai pour la réalisation d’une « banquette » sur la portion de voie romaine située entre la côte de Lanscolva et le site de Saint Gestin, rendant ce secteur de parcours aisément praticable en hiver.

;

;

Site de Sainte Barbe

Le mur longeant la propriété proche de la chapelle était très dégradé et menaçait de s’écrouler partiellement.

Une partie de cette dégradation, comme c’est souvent le cas, était due à la présence d’une souche d’arbre, laquelle exerçait une forte poussée sur le mur. Le propriétaire des lieux nous a aidé à l’évacuer, et nous a fourni de la pierre pour remonter le mur.

Surprise! Lors de nos travaux , nous avons dérangé cette belle salamandre qui avait élu domicile bien au frais entre les pierres.

Nous l’avons déposée dans les herbes, à proximité. Nous ne doutons pas qu’elle aura rapidement retrouvé un nouveau « logement »…

La reconstruction se fait à l’ancienne : René se charge de préparer le « ciment » , à partir de la terre prélevée sur place.

La reconstruction du mur est presque terminée. La dernière touche interviendra après la pause estivale, mais il a déjà bien meilleure allure.

Une fois terminé, il s’inscrira pleinement dans le bel ensemble que constituent la chapelle Sainte Barbe et les maisons anciennes qui donnent à ce lieu un cachet particulier.

;

;

Site de Tréduder

Comme l’an passé, une équipe des Chemins plestinais est intervenue sur le site de la fontaine Saint Tuder, située sur la commune de Tréduder, aux côtés de l’équipe locale.

La végétation s’est particulièrement développée en ce début de printemps…Les débroussailleurs ont rapidement nettoyé les lieux !

La fontaine a également fait l’objet d’un grand nettoyage. Pour mémoire, une passerelle a été posée l’an dernier au-dessus du ruisseau, à proximité.

;

;

Site du Dourmeur

Au début de ce mois de juillet, une équipe a consacré deux matinées à l’arrachage de la balsamine de l’Himalaya, le long des berges du Dourmeur.

Maël Le Guen, technicien mandaté par LTC, initie l’équipe à l’arrachage de la balsamine : il faut prendre soin de récupérer la plante entière, racines comprises, ce qui est assez facile, étant donné qu’elle pousse principalement dans les zones humides.

La période de floraison est la plus propice, la plante étant très visible. Toutefois, il ne faut surtout pas attendre qu’elle produise et dissémine ses graines !
Donc, si vous croisez la jolie demoiselle lors de vos randonnées, n’hésitez pas à lui faire un sort : personne ne vous le reprochera ! Un petit conseil : à partir du mois d’août, un sac en plastique dans le sac à dos pourra vous être utile pour coiffer la plante et l’empêcher ainsi de disséminer ses graines, qu’elle libère de façon assez…explosive.

Après avoir écouté les conseils de Maël Le Guen, l’équipe se met au travail.

Il faut avancer avec prudence, car la balsamine n’est pas seule au bord du ruisseau : il y a également…les orties !

;;

Traverser le ruisseau, c’est facile. Par contre, remonter sur la berge opposée, c’est une autre histoire ! Annie en fait l’expérience. Heureusement, des bras secourables sont prêts à la tirer de ce mauvais pas.

Mission accomplie, à la satisfaction générale. On est tout de même plus à l’aise sur le bitume…Il faudra revenir plusieurs fois au même endroit, car le combat contre la balsamine est une affaire de patience et de ténacité.

Pique-nique de fin d’année

;

Nos deux chefs- cuisiniers Yves et Thomas , lesquels ont tenu le barbecue de main de maître.

;

Vue d’en haut, cela fait une belle tablée !

Nous avons en effet eu la visite d’un drône, occasion de faire prendre un peu de hauteur à ce moment de convivialité…Merci à Thierry pour cette petite vidéo !

Les membres de l’association auront donc connu un second trimestre particulièrement actif . N’oublions pas qu’en plus des chantiers précédents, nous avons veillé à la continuité de l’entretien courant de notre centaine de Kms de sentiers (débroussaillage, curage des fossés…) , que nos bûcherons de la BIR ont déblayé les endroits encombrés par des arbres ou de grosses branches, et que notre équipe de balisage a gardé un œil vigilant sur la signalétique de nos boucles, afin que les promeneurs qui les empruntent puissent en profiter sereinement. Nous rappelons au passage que les fiches de nos boucles sont à disposition du public à l’office de tourisme.

Pour les membres de l’association, le mois de septembre est aussi synonyme de rentrée. C’est donc avec plaisir que nous nous retrouverons le lundi matin pour la reprise de nos activités.

… Et sachez-le: la porte est grande ouverte à ceux et celles qui sont attirés par l’entretien de nos chemins de randonnées et de notre petit patrimoine, le tout dans une excellente ambiance !

Le groupe « communication ».

Une année 2023 qui démarre « en trombe » !

…Et par un moment très agréable : le 16 janvier, nous avons fêté les anniversaires d’Alain Le Rumeur et François Henry, au sein du nouveau local de l’association.

Ce moment de convivialité était d’autant plus sympathique que François a allègrement franchi la barre de ses 80 printemps ! Il est donc désormais le doyen de l’équipe, et son assiduité à nos chantiers du lundi matin ne se dément pas. Toujours le sourire, toujours d’humeur égale… François prend visiblement plaisir à retrouver le groupe et à manier pelle, râteau et faucille sur nos sentiers de randonnée. De là à dire que l’excellente ambiance au sein de l’association, alliée à l’activité physique hebdomadaire sur les chantiers contribuent à cette vitalité, il n’y a qu’un pas que nous n’hésitons pas à franchir !

Souhaitons donc à François de continuer à « pointer » encore longtemps à notre local, le lundi matin !

Des nouvelles de la BIR (autrement appelée « Brigade d’Intervention Rapide »)

Notre fameuse « BIR » n’a pas manqué d’activité au cours de ce premier trimestre : les coups de vent et autres tempêtes ont eu raison de nombreux arbres, comme en témoignent les clichés pris sur nos différentes boucles de randonnée. Dès qu’une chute d’arbre est signalée, elle intervient pour dégager les sentiers, permettant aux promeneurs de les emprunter en toute quiétude.

Nettoyage annuel sur la boucle de Saint Sébastien, à Kozh Iliz.

La montée de Kozh Iliz, vers les vestiges du temple gallo-romain, nécessite un ramassage annuel des feuilles mortes, pour éviter le comblement du fossé et assurer le bon écoulement des eaux pluviales. La quantité est impressionnante, mais cela n’entame pas la bonne humeur de l’équipe !

Nettoyage de la boucle du Dour Meur.

Une équipe à l’œuvre, au niveau du Pont Blanc : curage du fossé, dégagement des feuilles et branchages.

Boucle de Saint Haran : nettoyage du site de la fontaine et installation de billots de bois.

Ouverture de deux nouveaux chantiers :

Toujours soucieuse d’offrir aux randonneurs de nouvelles opportunités de promenade, l’association a ouvert en ce début d’année deux nouveaux chantiers :

Pors Mellec :

Pour les randonneurs partant des hauteurs de Pors Mellec vers le GR 34, un  itinéraire pédestre permettant d’éviter le bitume sera bientôt accessible.

Locrenan :

C’est le second « grand chantier » de ce début d’année : ce nouveau tronçon, d’environ 1 km, permettra de joindre le site de Run Glas à Poulou Du, en direction de Plestin.

SURPRISES…SURPRISES

L’ouverture de nouveaux chantiers nous réserve parfois quelques surprises, pas toujours agréables…en témoignent ces quelques clichés réalisés sur les sites de Locrenan et Pors Mellec.

Nous découvrons ainsi ça et là quelques « décharges sauvages » dont l’existence remonte la plupart du temps à plusieurs dizaines d’années, à une époque où les notions de protection de la nature et de préservation des sites n’étaient pas aussi évidentes qu’aujourd’hui.

C’est ainsi qu’à la campagne, bon nombre de chemins creux, de ruines ou d’anciennes carrières faisaient office de « décharges privées », parfois partagées entre plusieurs habitations.

L’une des actions de notre association – peu connue, car plutôt discrète – consiste donc à « dépolluer » certains sites à la faveur de la découverte de telles décharges lors de l’ouverture de nouveaux parcours de randonnée.

C’est ainsi que les deux derniers chantiers nous ont permis de nettoyer les parcours de Locrenan et Pors Mellec, deux secteurs où la « pêche » a été particulièrement fructueuse !

Aux « Chemins », certains font l’école buissonnière !

Pour « apprendre la nature », rien de tel qu’une sortie sur le terrain…

C’est ainsi que deux groupes de l’association ont bénéficié d’une sortie nature, les 27 mars et 3 avril, accompagnés de Gaël Le Fustec, conseiller en développement durable au sein de la communauté de communes LTC.

Ces deux sorties ont permis aux participants de mieux comprendre la nature, où rien n’est dû au hasard, de prendre le temps de poser un regard curieux sur différents aspects de notre environnement, que nous cotoyons quotidiennement, mais que nous ignorons souvent…

Outre la mise en évidence de la richesse de la faune et de la flore des milieux humides que les deux groupes ont visités durant ces deux matinées, Gaël Le Fustec nous a prodigué de nombreux conseils à mettre en œuvre lors de nos interventions sur les sentiers de randonnée de Plestin.

Journées enrichissantes, par conséquent…et initiative à renouveler, certainement !

Balade insolite le long du Douron

Le lundi 3 avril, au lieu-dit Rochelan sur l’estuaire du Douron, notre équipe balisage avait donné rendez-vous à quelques membres de l’association « Valentin Haüy » pour une courte randonnée.

Il est probable que vous ne connaissiez pas cette association dont la mission est d’apporter aide, soutien et formation pour déficients visuels (mal-voyants comme aveugles).

Sabrina, membre de l’association Idéographik qui a réalisé l’an passé les nouvelles fiches de présentation de nos circuits pédestres, a proposé à Mathieu, représentant Lannionais de cette asso (de dos sur la photo ci-dessus), de tester sur le terrain l’une de ces fiches au départ de la boucle de Saint Haran.

En effet, l’association Idéographik a développé une compétence particulière pour adapter ses publications aux publics déficients visuels.

Cela vous a peut-être échappé si vous avez eu l’occasion de parcourir ces fiches mais le choix des couleurs, de la taille et des polices de caractère, des symboles utilisés,
a été particulièrement étudié pour en faciliter la lecture.

De même la description du cheminement a été simplifiée de façon à être plus facilement compréhensible en cas d’utilisation de la synthèse vocale.

En effet, les déficients visuels peuvent utiliser des applications sur leur téléphone portable qui, grâce à une simple photo du document, leur permettent d’écouter la description du chemin qu’ils doivent suivre. Nous avons également adapté la ponctuation de nos textes en fonction de cet impératif.

Avant de partir, on présente également à Mathieu un autre type de plan qui, grâce au contraste des couleurs et à l’épaisseur des traits, lui permet de se repérer sur le terrain.

Et c’est parti !

Mathieu nous étonne par sa sensibilité à des éléments pour nous inhabituels pour se diriger. Il évoque en particulier la nature du sol, la densité de la végétation, certains bruits ou même certaines odeurs.

Au premier carrefour, il détermine lui-même le bon chemin à prendre. Il se permet de nous faire certaines suggestions quant à l’emplacement des poteaux, la lisibilité des plans, l’entretien de la végétation (des branches basses qu’il faudrait couper).

Il s’arrête un moment près d’un arbuste car il a perçu de la couleur et cherche à savoir de quoi il s’agit en touchant la végétation.
De belles fleurs d’aubépine mais gare aux piquants !

Le retour s’effectue le long de la lagune.

Expérience concluante et enrichissante. Mathieu nous a assuré qu’il referait le trajet hors notre présence pour mieux s’en imprégner, pour pouvoir lui-même y emmener un groupe de mal-voyants.

Il s’agit là d’une ouverture bien prometteuse de nos beaux circuits de randonnée en direction d’un nouveau public jusqu’alors ignoré.

LES  CHANTIERS  DU  DERNIER  TRIMESTRE

Depuis le 12 septembre, date de l’installation de l’association dans ses nouveaux locaux, nos équipes n’ont pas manqué d’activité sur différents sites de la commune. Ces derniers mois ont été en particulier l’occasion d’ouvrir ou continuer plusieurs chantiers, dont celui destiné à créer une liaison entre notre réseau plestinais et celui de Plufur. Lorsque ce dernier sera terminé, les promeneurs auront accès aux deux rives du Yar et pourront profiter pleinement de l’attrait de la vallée, mais aussi de la campagne environnante des deux côtés du cours d’eau.

Chantier entre Plestin et Plufur

Côté Plestin :

Comme souvent, lors de l’ouverture d’un nouveau parcours, il faut faire confiance au cadastre, car certains chemins, délaissés depuis de nombreuses années, commencent à avoir des allures de forêt vierge !

Gardez le contact, sinon…

Des arbres tombés dans le Yar ont dû être débités. Une passerelle sera posée à cet endroit, permettant la jonction dès le printemps prochain entre les réseaux de Plestin et Plufur.

Là, on y voit déjà un peu plus clair…

Cet endroit promet d’agréables promenades.

Dire que Christian a oublié le maillot !

Le creusement d’une tranchée est nécessaire pour évacuer l’eau, qui rend le sentier impraticable.

Un pipe-line sur Plestin ?

Pas encore…mais un drain de belles dimensions

Voilà un endroit où le sentier restera sec. Bravo, les terrassiers !

Cela mérite bien une pause-café

Qui va porter ce tronc ?

Finalement, on s’y met à quatre…c’est plus prudent.

Et voilà le travail !

Ici, la nature sauvage donne tout son charme à la rivière

Christian, garde-toi à gauche !!

Côté Plufur :

Côté Plufur, le problème est le même : il faut d’abord affronter les broussailles…
Avec le temps, des arbres se sont « installés » au milieu du sentier. Heureusement, nos bûcherons sont là !

Nos amis de Plufur, qui nous prêtent main-forte, sont bien équipés…

Quelle que soit la rive, la végétation est dense des deux côtés du Yar. Les eaux sont encore basses.

Que de branchages à dégager !

…Et que d’arbres tombés en travers de la rivière ! Encore une fois, la BIR entre en action.

L’art de porter une branche, ou les travaux d’Hercule.

…Et des Hercules, nous n’en manquons pas !

Tu as vu, comment je l’ai porté, ce tronc d’arbre ?

Bon…si on s’accordait une petite pause ?

Encore et toujours la BIR en action…pendant que d’autres songent à faire le pont…

Une vraie ruche sur les bords du Yar !

Dominique en pleine action de pêche

L’entrée du sentier enfin dégagée, côté Plufur

Nos amis de Plufur apprécient…

Même Lénaël est admiratif !

Pour l’apéritif sur le chantier, il faut tout prévoir. Certains ne sont jamais pris au dépourvu !

Ce chantier aura connu une belle avancée en 2022. Nous ne manquerons pas de tenir les randonneurs informés de l’ouverture du nouveau tronçon dès son ouverture, l’année prochaine…lorsque la passerelle sera en place.

CHANTIER DE TREDUDER

CHANTIER DE BEG DOUAR

Une équipe de l’association a « sorti de l’anonymat » cette fontaine située dans le secteur de Beg Douar. Elle est accessible depuis l’hôtel Les Panoramas . Au même endroit, il existe aussi un lavoir. La fontaine, qui n’a pas de « caractère », connaîtra peut-être des jours meilleurs ?

Quelques coups de burin sont nécessaires pour mieux canaliser l’eau.

Cet ensemble se situe dans un environnement boisé, proche du GR 34.

CHANTIER  DE  PORS  MELLEC

Au mois de novembre, un chantier a également été ouvert au-dessus de la plage de Pors Mellec, afin de réhabiliter un sentier oublié, et…bien encombré ! Ce tronçon constituera une variante d’accès à la plage – ou au GR 34 – pour les piétons.

On s’y perdrait !

Mais il en faut plus pour décourager Michel

Encore une fois, il existe une fontaine sur le site, bien connue des promeneurs et…un peu trop discrète.

Une partie de l’équipe s’emploie donc à la dégager du roncier et des épineux qui l’ont peu à peu envahie.

Prudence, Alain : la fontaine est juste au-dessous !

Fontaine dont Gildas semble éprouver la solidité…Exercice concluant.

Tandis que plus haut, la tronçonneuse est toujours en action. Les ébrancheurs touchent au but…Mais ils vont en garder un peu pour l’année prochaine.

CHANTIER DE SAINT ROC’H

Dominique peut être satisfait du résultat…

Marcel élimine les « indésirables » qui déstabilisent les pierres du muret

Tandis que Philippe fait un peu de « ménage » !

Les marches d’accès à la chapelle ont également été remises en état.

La croix, dont le socle n’était plus à niveau, avait beaucoup penché. Nous l’avons donc redressée, avec l’accord de Monsieur De Chavagnac, propriétaire des lieux, lequel nous a fourni pierres et ciment permettant de réaliser les travaux.

Promeneurs et photographes bénéficieront désormais d’un magnifique panorama allant de Lanmeur à Locquirec. Nul doute que de nombreux clichés seront réalisés en cet endroit !

NOTRE ROUTOIR A LIN DE SAINT HARAN INTERESSE…

Au début du mois de décembre, une délégation de Guimaëc nous a rendu visite sur le site de Saint Haran. Elle s’intéressait plus particulièrement au routoir à lin, reconstitué par les Chemins Plestinais il y a quelques années. Le groupe est aujourd’hui engagé dans un recensement du patrimoine de la commune de Guimaëc, et s’intéresse aux différentes actions de sauvegarde réalisées sur le secteur. Nous saluons leur démarche, visant à préserver le petit patrimoine, si important pour garder en mémoire notre histoire du Trégor…

Tro Plistin – édition 2022

Le 16 octobre dernier, les adhérents des Chemins Plestinais se sont donné rendez-vous pour le Tro Plistin, sur la traditionnelle grande boucle de 31 km autour de la commune, alliant parcours côtier, chemins creux et sentiers en sous-bois, agrémentée du non moins traditionnel pique-nique à la ferme chez Michel et Christine, lesquels ont la gentillesse de nous accueillir dans un espace aménagé, pour la plus grande satisfaction de tous.

Les plus courageux se sont levés dès l’aube, pour le rendez-vous de Toul an Herry. C’est parti pour 31 km ! Un second groupe nous rejoindra à mi-parcours, à l’heure du pique-nique.

Arrivée à la pointe des Curés.

On ne se lasse pas de la vue sur Locquirec.

A l’assaut de la partie la plus difficile du parcours, entre la plage de Tossen ar C’hoz et la pointe de Beg Douar.

La table d’orientation, sur le GR 34, initiée et posée par les Chemins Plestinais.

…sans oublier de sacrifier à une première photo de groupe.

Ce local, judicieusement placé en bord de plage, à Saint Efflam, permet à qui en ressent le besoin de s’accorder une « pause technique » !

Nos deux « couteaux suisses », Dominique et Bruno, ont tout prévu : leur « boîte à outils » permet de replacer des balises de parcours là où elles ont disparu.

Le grand rocher, c’est bien par là…

La traversée du ruisseau, avant la montée vers Collogot, est toujours aussi agréable. Plusieurs techniques sont possibles !

Fin de première étape en vue !

Tout le monde se retrouve à la ferme, chez Michel et Christine, qui nous accueillent pour le pique-nique.

… Lequel accueil est toujours aussi chaleureux.

Les candidats aux 15 derniers kilomètres sont venus étoffer le groupe.

A en juger par les sacs bien rangés, les vivres sont bien là !

Mais avant de passer à table, l’apéritif est le bienvenu, chacun(e) mettant un point d’honneur à y apporter sa spécialité.

Moment très agréable, car on a tellement de choses à se dire…

Passage aux choses sérieuses : la belle tablée que voilà ! Attention , mesdames : le pique-terrine rôde !

La ronde des fromages.

Michel et Christine, visiblement ravis de nous recevoir…Un grand merci à eux pour leur sympathique accueil !  

Cela mérite bien un petit cadeau, remis par Gildas, Président des Chemins Plestinais.

Après le pique-nique, le groupe est fin prêt pour la seconde étape.

Mais pas question de repartir sans sacrifier à une nouvelle photo de groupe ! Devinez qui est le Président…

C’est reparti pour 15 km, sur un parcours plus facile, qui va mener le groupe à son point de départ

Une petite pause, devant la chapelle Saint Jagut, l’occasion de réaliser un nouveau cliché.

 

Gildas, notre Président, va-t-il nous indiquer la bonne direction ?

…Et à nouveau un magnifique sentier, du côté de Lesmaes..

Ce superbe champignon a l’air de trouver cette vieille souche à son goût.

Le pont de Toul an Herry est en vue : ça sent l’écurie !

Premières, largement détachées…et avec le sourire…Mais comment ont-elles fait ? Dopage ? Impossible, les contrôles sont draconiens !

Eh oui, sur son appli, Jean-Yves a bien 31 km… ce dont Bernard se fiche éperdument : il a SOIF !!  

Encore une fois, le Tro Plistin a tenu toutes ses promesses : 31 km pour les randonneurs confirmés, 15 km pour les plus prudents, sur un parcours  de toute beauté, alliant mer et campagne…

Comment ne pas y revenir l’année prochaine 

RENDEZ-VOUS A TOUS EN 2023 !

12 septembre 2022 : c’est la rentrée aux Chemins Plestinais

Le mois de septembre marque aussi la « rentrée » pour les membres de notre association, avec un léger décalage par rapport au calendrier scolaire, puisque nous avons sagement attendu le 12 pour nous retrouver…

La date était attendue avec une certaine impatience, car l’association bénéficie désormais de nouveaux locaux mis à disposition par la municipalité, à Poul Scornet (anciens locaux occupés par le syndicat de voirie de Plestin-Plouaret). Nous avons donc quitté le local situé sous la Maison des Assistantes Maternelles, devenu trop exigu et peu adapté à nos activités de menuiserie, source de nuisances pour les occupantes  des lieux et les enfants accueillis.

Nous bénéficions également d’une salle de réunions flambant neuve, que nous partageons avec d’autres associations utilisatrices du site.
Nous bénéficions désormais d’un local spacieux, mais quelque peu encombré par divers matériaux et nécessitant un sérieux ménage.

Il n’aura pas fallu très longtemps pour évacuer les encombrants, entreposés dans deux bennes toutes proches.

…évacuation aussitôt suivie d’un lavage du sol à grande eau.

Nous bénéficions également d’une salle de réunions flambant neuve, que nous partageons avec d’autres associations utilisatrices du site.

Les locaux sont même équipés d’une cuisine aménagée !
Il n’y a pas si longtemps, Eric, notre ancien président, entreposait encore le matériel de l’association dans le sous-sol de sa maison, et notre lieu de rendez-vous du lundi, c’était …le parking des quatre chemins !

A l’arrière du bâtiment se trouve une grande cour, laquelle était également quelque peu envahie par les herbes folles et quelques buissons.

Les herbes folles et les buissons, aux Chemins Plestinais, on connait ! Il n’aura donc pas fallu longtemps pour que cet espace retrouve son aspect initial.

Gildas, notre président, peut être satisfait du résultat.

Tout travail, mérite récompense…Lors de la seconde journée, le temps estival étant toujours au rendez-vous, une grande table est dressée en plein-air pour un apéritif et un pique-nique marquant l’installation dans nos nouveaux locaux.

Les conversations vont bon train autour du buffet…

Monsieur le maire, Christian Geffroy, nous fait l’honneur de sa visite.

…accompagné de Jacques Le Glas, conseiller municipal.

En l’absence de Michel, notre chef rôtisseur habituel, c’est Thomas, notre sympathique ambassadeur d’outre-Rhin, qui officie au barbecue avec brio. Il est vrai que la saucisse de Francfort n’a aucun secret pour lui !

A très bientôt, donc, pour des nouvelles de nos chantiers !

SORTIE DES CHEMINS PLESTINAIS – 21 JUIN 2022

Le 21 juin dernier, l’association a organisé une sortie pour ses adhérents. Objectif : centre Bretagne. Au menu : visite d’usine à ROSTRENEN le matin, pique-nique sur les bords du canal de Nantes à Brest, suivi d’une découverte de la GRANDE TRANCHEE du canal et d’une balade guidée au sein du site protégé de LAN BERN l’après-midi, situés sur la commune de GLOMEL.

Les participants se retrouvent devant l’office de tourisme de Plestin dès 9h00. La bonne humeur est visiblement au rendez-vous !
Une heure plus tard, le groupe arrive devant l’usine de la société APROBOIS, à Rostrenen, spécialisée dans la fabrication de pellets, sous la marque CELTICOAT.
Sur place, nous sommes accueillis par l’initiateur du projet, Désiré MAHE, accompagné de Bruno KERRIEN, responsable de production, lesquels nous guideront pendant la visite des installations.
Les membres du groupe sont attentifs aux explications de M. MAHE…
…lequel ne manque visiblement pas d’humour dans la présentation de l’usine !
Tout commence sous un grand hangar servant d’aire de stockage au mélange de sciure et de plaquettes de scierie, lequel va subir une série de traitements destinés à la transformation en pellets.
Lors de nos premiers pas à l’intérieur de l’usine, nous passons près d’une imposante chaudière permettant de déshydrater le bois. La chaudière est elle-même alimentée par des écorces, combustible émanant de différentes scieries de la région.
Dès le début de la visite, nous comprenons que le processus de fabrication des pellets fait l’objet d’une automatisation très poussée. La quasi-totalité du fonctionnement de l’usine est en effet assurée par des opérateurs installés dans un bureau, devant une batterie d’écrans ! L’usine, qui fonctionne 24h00 sur 24, produit 25000 tonnes de pellets par an.

Depuis la tour de stockage, la matière sèche sera dirigée vers une chaîne de conditionnement entièrement automatisée…

..ou vers une zone où les camions viennent s’approvisionner en « vrac ».
A l’issue de la visite, nous nous dirigeons vers Glomel, sur le site de CREHARER, où le terrain de la base nautique nous a offert une aire à pique-nique dans un cadre tranquille et verdoyant, sur les bords du canal de Nantes à Brest.
L’après-midi a été consacrée à la visite de la GRANDE TRANCHEE du canal et à la découverte du site protégé de LAN BERN, classé réserve naturelle régionale depuis 2008, propriété de la fondation pour la protection des habitats de la faune sauvage. Cette photo aérienne permet de bien visualiser cette partie du canal et la zone protégée.
Un panneau descriptif permet de donner au visiteur une première idée de la biodiversité du site.
et maintenant, en route !
La balade le long du chemin de halage est très agréable…
et permet même une parfaite coordination !…Mais qui, d’Alain ou de Jocelyne, mène la cadence ?

Cette partie du canal,
malheureusement impropre
à la navigation aujourd’hui,
a quelque chose d’apaisant.

Arrêt sur le pont enjambant le canal, à 500 m de la base nautique, pour une première page d’histoire.
Notre guide nous détaille l’histoire du creusement du canal sous le règne de Louis XVIII, par 4000 bagnards, majoritairement des déserteurs de l’armée. Cette tranchée de plus de 3 kms de long, de 100 m de large et 23 m de profondeur, ayant nécessité 9 ans de travaux (1823 – 1832) donne aujourd’hui l’impression d’une vallée naturelle, tant le remblai de schiste évacué de part et d’autre est recouvert d’une abondante végétation. Cette « grande tranchée » avait permis de mettre en communication les bassins versants de l’Aulne et du Blavet, et ainsi de réaliser la jonction entre les parties sud et nord du canal de Nantes à Brest.
Sur la colline formée par le remblai du canal, difficile d’imaginer que ces arbres ont poussé sur…de l’ardoise ! Pour s’en convaincre, il suffit de gratter légèrement le sol…
En plein bois, au détour d’un sentier, nous découvrons cette impressionnante fourmilière.
Des passerelles ont été disposées sur le parcours de découverte de la zone marécageuse…
ainsi que tout un réseau de caillebotis permettant de côtoyer au plus près la végétation – voire les habitants- de ce site protégé.
Non, ce n’est pas une elfe, mais bien notre guide, intarissable sur la biodiversité de ce lieu particulier que nous visitons.
Plusieurs variétés de bruyères cohabitent en ce même lieu.

Plus loin, autre terrain, autre végétation…et nous finissons par repérer cette « redoutable » droséra, plante appréciant le terrain acide des marais…et les petits insectes dont elle fait volontiers son ordinaire ! Cette plante, qui suppose des conditions particulières pour prospérer, est une espèce menacée qui demande à être protégée.

Retour à la base nautique de Creharer, à l’issue d’un bel après-midi très « nature »…Cette journée ne pouvait se terminer sans la photo-souvenir sur la passerelle enjambant l’écluse toute proche.

Bel aménagement à Roc’helan

Chantier de Roc’helan:

L’association a décidé d’implanter un abri à pique-nique sur le sentier longeant le Douron (boucle de Saint Haran), au lieu-dit Roc’helan. L’endroit n’a pas été choisi au hasard : sentier très fréquenté par les randonneurs, facilité d’accès, parking à proximité et vue imprenable sur le Douron !

Le projet se devait d’être à la hauteur du site d’implantation. D’où le choix d’une table sortant quelque peu de l’ordinaire. Tout commence au local de l’association.

Alain joue du ciseau à bois avec dextérité…

 Tandis que Marcel n’a pas son pareil pour le maniement de la scie…

Alain, notre menuisier maison, s’active au montage du futur abri à pique-nique

… lequel recevra la table, qui a fort belle allure !

 Il a fallu, pour préparer le site destiné à recevoir l’abri, procéder à un sérieux débroussaillage.

Une fois l’endroit bien dégagé, les employés municipaux ont livré des matériaux en vue de la préparation de l’assise de l’abri.

Nos terrassiers à l’œuvre : une vraie fourmilière !

Les tas de matériaux n’ont pas résisté longtemps à notre équipe.

La précision est de rigueur pour l’implantation de l’abri.

Déjà une petite idée de la vue qu’auront les promeneurs… lorsque le brouillard aura disparu !

 Tiens, une livraison en kit… cela ne vous rappelle rien ?

Un peu de manutention s’avère nécessaire.

Le montage commence sans attendre.

 Déjà l’ébauche de la toiture…

Pour la finition, des planches “brutes de scierie” donneront à l’abri un aspect rustique.

Une petite idée de la dimension du futur abri à pique-nique… et de la vue dont bénéficieront les utilisateurs !

Un grand merci à Auguste lequel, en voisin, nous a fourni l’électricité, ce qui nous a permis de travailler dans les meilleures conditions.

Que serait un abri à pique-nique…sans table à pique-nique ? Celle-ci, également fabriquée à notre local, a donc été installée en bonne place, ce qui donne fière allure à l’ensemble, désormais prêt à accueillir les piques-niques de l’été !

Eric, notre ancien président, vous invite d’ailleurs à venir vous y installer sans tarder…

 L’aboutissement de ce projet méritait bien une inauguration. Une belle plaque réalisée par Gildas, et destinée à rappeler l’action de l’association, attend d’être posée “en grande pompe”.

Ce fut chose faite le 4 avril, en présence de François GUELH, représentant de la municipalité, à qui revint l’honneur de fixer la première vis.

…Puis ce fut au tour de notre président, Gildas LE TROADEC, de fixer la seconde...

… suivi de nos deux Alain (NOBILI et LE RUMEUR), lesquels se font des politesses pour se saisir de la visseuse

…Sans oublier Marcel, autre cheville ouvrière de cette belle réalisation.

Nous avons conclu ce moment fort de la vie de notre association par un sympathique apéritif… avant de sacrifier à l’indispensable photo-souvenir. Ne doutons pas que l’endroit attire de nombreux promeneurs désireux d’y pique-niquer… ou d’y faire une simple pause. Il y a désormais deux aires à pique-nique sur la boucle de Saint Haran !

Création et entretien de sentiers pédestres